La pédogogie du vivant

L'expérience de Asch ou le pouvoir du conformisme

C'est la rentrée !

Rentrer… au nid…trop tard…peinard…de congé…trop tôt…en colère…dans les détails…au bercail…dans l’action…en réunion…en religion…dans le chou…du bois…dans le quotidien…dans le rang…au chaud…
Mais rentrer entier, avec ses prises de conscience, ses souhaits et ses projets de l’été.
Et rester en résonnance avec ses redécouvertes de soi pendant cette période de vacuité !

62 ans plus tard, le monde a changé, et nous… ?

En préparant un séminaire de rentrée, je suis retombé sur cette étude de comportement si…parlante :
«L'expérience d’Asch, publiée en 1951, est une expérience du psychologue Solomon Asch qui démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d'un individu au sein d'un groupe. »
Impossible de rater cette vidéo (d’à peine plus de 4 minutes !) avant de réintégrer sa place, son rôle, son équipe ou d’en rechercher une à cet instant…

37 %…

C’est le ratio de négation de soi lorsqu’un individu est seul avec sa perception, face à un groupe unanime. C’est ainsi que se définit qui  la « conformité négative ».

Groupe unanime… ?

Cela n’existe que si chacun d’entre nous peu ou prou, nie sa perception. Dès que quelqu’un montre une différence de perception le ratio de « conformité négative » tombe à 5 %...

L’unanimité mythe de la décision participative ou démocratique… ?

Seule notre peur du regard des autres nous incite à rationaliser une « nécessaire unanimité ». La richesse, le pouvoir de créativité du groupe s’en trouve ainsi corrompu.

Comment travailler ensemble… ?

Entendre, comprendre, reformuler, puis valoriser ce que l’on partage, enfin, montrer sa différence concrète de perception et remercier la personne de s’être exprimée.
La différence et la diversité sont des lois universelles du Vivant, foi de GINKGO !

Respect de ses perceptions et respect des autres…

Il suffit d’une seule personne qui montre sa différence pour autoriser toutes les autres à exprimer la leur.
Si j’ose exprimer ce que je perçois, je serai plus réceptif aux différences qui enrichissent nos réflexions et optimisent nos décisions.

Inciter à écrire plutôt que dire… ?

Manifestement ce moyen de procéder protège l’expression de la personne qui se sent seule dans sa différence…
Voilà une belle incitation à écrire ou s’exprimer par tous les moyens à notre disposition.

Bonne rentrée en différences respectées, la vôtre et celles de votre entourage !

Tags: